piloter les dynamiques collectives les processus, les Projets et les alliances.
donner du sens aux décisions et aux actions
pour mobiliser les talents et les initiatives.

La Gouvernance

Le changement, est-il un mal nécessaire ?

Evoluer, s’adapter, se renouveler… Le changement est partout. Serait-il devenu une posture à la mode ? Comme si tenir sa position était à bannir quelque soit le contexte.

Le changement n’est pas en soi néfaste ou profitable et n’est pas non plus systématiquement nécessaire. En revanche, il est probablement contestable s’il n’est pas au service de choix clairs.

Attention, il ne suffit pas de bouger pour profiter des turbulences dans un univers instable, encore faut-il que ce mouvement produise en fin de compte plus de résultats qu’il ne consomme d’énergie.

Les chefs d’entreprises auront vite compris que tout changement représente un coût bien réel. Non seulement il peut être évité dans certains cas, mais surtout parce qu’il prend rapidement des allures de Bérézina, faute de sens et sans préparation suffisante… déstabilisant alors durablement  tout ce qui est récurrent et créateur de valeur pour l’entreprise et pour les clients.

Au coeur de la gouvernance, les processus et les projets sont complémentaires

La gouvernance d’une entreprise notamment, est l’art d’orienter, de mobiliser et de conduire les dynamiques collectives. Gouverner, c’est assurer au quotidien l’agilité stratégique par des anticipations, des innovations, des décisions et piloter des projets stratégiques seuls ou avec d’autres bien sur en accord avec ses fondamentaux.

Le sens est en effet le sésame de l’agilité stratégique. Sans lui, l’agilité n’est qu’agitation au milieu des tourbillons.

Dans l’organisation au sein des entreprises, les processus reflètent donc la stabilité alors que les projets sont les vecteurs de l’évolution et du changement. Cette distinction claire dans la gouvernance entre ce qui est continu et ce qui est discontinu est essentielle.